banniere aubay

< Tous les articles

Nov 4, 2021

Retour d’expérience sur la certification PSM1

 

Dans cet article je vais présenter comment j’ai obtenu ma certification Professional Scrum Master 1 (PSM1) pour essayer de guider les futurs candidats. Je commencerai par donner mon background: d’où je viens et quelles connaissances j’avais avant de commencer la formation, puis je parlerai de la formation PSM1 que j’ai suivie en interne, de mon entraînement pour l’examen et enfin de l’examen en lui-même et de la stratégie à adopter en le passant.

Mon Background

 

J’ai commencé le cursus de formation pour la certification PSM1 dès mon arrivée à Aubay dans la BU Agile. Je venais d’obtenir mon diplôme d’ingénieur en Informatique et Technologies de l’Information après avoir validé un stage de 6 mois dans la cellule Aubay Innov’ où j’ai travaillé sur une IA capable de générer de la musique (petite pub pour le projet AMP au passage), mais où j’ai aussi vécu ma première expérience en tant que “Scrum Master”. Je mets des guillemets car avec du recul l’application de la méthodologie était assez bancale et pas spécialement adaptée au projet: les encadrants jouaient le rôle de Product Owner mais n’étaient pas formés à Scrum, les sprints n’étaient pas tous de même durée, il était donc difficile de s’organiser et de s’améliorer dans les estimations, même après 4 sprints, le but était surtout d’apprendre les bases de Scrum. Avant cela j’avais déjà eu des cours théoriques sur Scrum à l’école et j’ai fait partie d’une équipe Scrum sur un projet d’un semestre en tant que développeur. En résumé, je suis arrivé à la formation avec des connaissances basiques sur Scrum: je connaissais dans les grandes lignes les différents rôles, évènements et artéfacts et j’avais une vague idée de la façon de penser qui inspirait cette méthode. Je n’avais cependant aucune vraie expérience de Scrum Master sur laquelle m’appuyer et j’avais donc encore des difficultés à bien cerner ce rôle, que ce soit en théorie ou en pratique.

Formation PSM1

 

Parlons maintenant de la formation PSM1. Chez Aubay, nous avons la chance d’avoir des agilistes dévoués qui organisent des formations de bonne qualité en interne. La formation PSM1 est assurée par Laurent et Christelle et dure deux jours: le premier jour est dédié à la théorie et assez dense, le deuxième est plutôt axé sur la pratique pour bien assimiler les connaissances acquises la veille. Le formateur vous remettra un livret contenant tout ce qui a été vu pendant la formation ainsi qu’une copie du Scrum Guide et deux examens blancs complets. Le livret est bien fait, il complète le Scrum Guide en clarifiant certaines choses qui étaient plus ou moins laissées à l’interprétation. Le livret offre donc un bon support pour réviser et pour passer l’examen: les définitions des rôles, évènements et artéfacts sont complètes et orientées pour répondre aux questions de l’examen. À la fin du deuxième jour vous ferez normalement un des examens blancs du livret avec l’aide du formateur, ou au moins une partie selon le temps qu’il vous reste. Tout ce que je peux vous conseiller pendant la formation se résume à bien suivre et à poser des questions au moindre doute, surtout pendant la correction de l’examen.

Personnellement je conseille vivement cette formation car elle ne fait pas que préparer à l’examen de certification, elle vise à réellement préparer au rôle de Scrum Master. Les slides retranscrites sur le livret sont détaillées et vont plus loin que le Scrum Guide. Aussi, les dernières pages (avant les examens blancs) contiennent de nombreux outils pour préparer à différentes situations: cela va de la manière d’animer les différents évènements Scrum à des outils de communication pour briser la glace ou redynamiser une équipe en passant par des exemples de rétrospectives originales et inventives ou encore des outils pour le pilotage agile (burndown charts) et le management visuel (tableaux de bord et indicateurs). Cette partie de la formation est très intéressante et représente une vraie valeur ajoutée par rapport à la certification PSM1 qui est exclusivement théorique.

Entraînement pour l’examen

 

La formation étant à présent terminée, il ne vous reste plus qu’à vous entraîner pour le vrai examen. Vos codes d’accès à scrum.org vous seront communiqués quelques jours après la formation et je vous conseille de passer l’examen au plus vite afin d’en avoir des souvenirs assez frais. Pour cela vous aurez trois outils principaux:

• Le livret
• Le Scrum Guide (présent en anglais dans le livret ou dans toutes les langues sur https://www.scrum.org/resources/scrum-guide )
• Les examens blancs (deux complets dans le livret avec correction mais sans explications, des petits (30 questions) disponibles sur https://www.scrum.org/open-assessments/scrum-open avec une base de questions assez réduite, donc beaucoup de questions reviennent à chaque essai, mais les corrections comprennent des explications)

Si vous n’avez pas eu le temps de finir le premier examen blanc du livret pendant la formation, je vous conseille de le faire au plus vite pour commencer vos révisions (le corrigé est disponible à la fin du livret, mais il ne contient pas d’explications). Cela va vous permettre d’identifier les thématiques sur lesquelles vous avez le plus de mal (rôles, évènements, artéfacts, etc). Je vous conseille de garder le deuxième examen blanc du livret pour la fin de vos révisions car il contiendra beaucoup de questions inédites et vous pourrez le passer dans les vraies conditions d’examen. Avant cela je vous conseille de relire attentivement le livret, puis le Scrum Guide en anglais: même si vous avez des difficultés avec la langue, le fait de voir tout le vocabulaire dans la langue de l’examen vous sera plus utile (oui oui, l’examen est en anglais, mais ça vous le saviez déjà). Il faut garder à l’esprit que le Scrum Guide est assez bref, le livret est plus complet, vous pouvez donc alterner entre les deux en cas de doute sur un élément ou un autre.

Vient ensuite le moment d’essayer les examens blancs de scrum.org. Ici, l’important est de donner les bonnes réponses, évidemment, mais aussi de bien assimiler la forme et la tournure des questions. Il n’y a en général pas trop de pièges, il faut surtout faire attention aux modaux (must, should, have to): méfiez-vous des phrases exprimant l’obligation (“The Scrum Master must…”, “The Product Owner has to…”) car elles testent votre compréhension du Scrum Guide. Par exemple, le Scrum Master ne doit pas assister aux Daily Scrum mais il peut.
Après avoir fait 3 ou 4 examens blancs vous risquez de retomber souvent sur les mêmes questions. Certaines de ces questions seront retranscrites à l’identique à l’examen. En plus de bien connaître certaines questions, vous devriez désormais être plus à l’aise avec la formulation et pouvoir aller plus vite qu’au début. Vous pouvez toujours vous aider du livret ou du Scrum Guide en cas de doute si vous avez le temps pendant l’examen. Pour que cela soit plus facile, vous pouvez mettre des marques pages sur les parties qui vous posent le plus de problèmes, ou bien utiliser la recherche rapide avec des mots clés si vous utilisez le format numérique du Scrum Guide (CTRL+F). Pour gagner du temps, apprenez à identifier et reconnaître certains mots clés dans les questions: lorsqu’une question porte sur une définition du Scrum Guide, en général il n’y a pas à réfléchir, la bonne réponse contiendra un mot clé, par exemple: “What is the main role of the Product Owner?” Réponse: “bla bla bla value optimizer bla bla bla”.

Lorsque vous vous sentez prêts, vous pouvez essayer de faire le deuxième examen blanc du livret dans de vraies conditions: 60 minutes pour faire les 80 questions. Vous devez obtenir au moins 85% de bonnes réponses, soit 68/80. Si vous n’arrivez pas à dépasser les 90 ou 95%, je vous conseille de reprendre les examens blancs de scrum.org et la relecture du livret et du Scrum Guide.

Examen

 

Une fois votre code reçu, vous pourrez passer le vrai examen sur scrum.org. Les consignes vous seront rappelées au début, je me permets quand même de vous conseiller une fois encore de le passer dans un endroit calme avec une connexion internet stable: en cas de problème vous ne pourrez pas recharger la page. Une fois commencé la stratégie est simple: répondre le plus vite possible aux questions qui ne nécessitent pas de réflexion (simples définitions ou questions que vous avez déjà rencontrées dans les examens blancs). Lorsque vous rencontrez une question qui vous pose problème je vous conseille de mettre une réponse assez vite même si vous n’êtes pas sûr (afin d’éviter d’avoir obligatoirement 0 si vous n’avez pas le temps d’y revenir à la fin), puis de la marquer (petit symbole de marque page en haut à droite) et de passer à la suite. À la fin vous devriez avoir quelques minutes pour revenir sur les questions qui vous ont posé problème (la liste des questions est facilement accessible depuis les dernières versions de l’examen, vous pourrez voir vos marqueurs et revenir à ces questions sans perdre de temps). Selon le nombre de questions marquées et le temps qu’il vous reste plusieurs solutions s’offrent à vous:

• Réfléchir un peu plus (cela ne va pas forcément aboutir à un éclair de génie mais prend a priori moins de temps que les solutions suivantes, on ne sait jamais!)
• Consulter le livret en utilisant vos potentiels marque-pages pour gagner du temps
• Consulter le Scrum Guide en version numérique en recherchant les mots clés de la question avec CTRL+F
• Enfin, si vous avez du temps, vous pouvez toujours googleliser la question en entier et vous trouverez facilement une réponse, cependant il est impossible de sélectionner et de copier la question, il faudra donc la réécrire à la main (au moins le début): c’est la solution la plus sûre à mon sens car vous tomberez sur des corrections d’examen ou des forums de discussions, mais cela prend plus de temps.

Gardez à l’esprit qu’après votre entraînement vous devriez être capable d’aller vraiment vite sur la plupart des questions, il me restait personnellement 20 minutes après être revenu sur les 5 ou 6 questions que j’avais marquées: pas d’inquiétude à ce niveau-là.

Je me permets de faire une petite parenthèse sur l’anglais. Comme dit plus haut, l’examen est en anglais et j’ai conscience que c’est cet aspect qui peut poser le plus problème à certains. La formulation des phrases est en général assez simple, pas trop littéraire. Le plus important à mon sens est de repérer et comprendre les modaux comme dit précédemment car ils vont beaucoup influencer le sens de la phrase et donc la réponse attendue. Néanmoins, si l’anglais est un problème je vous conseille d’utiliser l’application Translate (Traduction) de Google qui est normalement disponible par défaut sur votre smartphone. Elle permet avec la caméra de filmer un texte et de le traduire en temps réel sur l’image affichée en réalité augmentée. Cette traduction n’est pas toujours parfaite mais elle vous aidera à comprendre les questions plus vite. Vous pouvez notamment essayer de fixer votre téléphone sur un support pour toujours avoir la traduction dans votre champ de vision. Entraînez-vous avec pendant les examens blancs de scrum.org afin de trouver une bonne technique. Dans tous les cas la formation PSM1 est dispensée en français et est intéressante à suivre même sans une bonne maîtrise de l’anglais, il sera peut-être un peu plus compliqué pour vous de réussir l’examen mais pas impossible !

 

Conclusion

 

Pour résumer il n’y a rien de bien sorcier dans la préparation de cet examen, si vous prenez quelques heures de révision efficaces vous pourrez le passer sereinement. Attention néanmoins si vous avez des difficultés en anglais car il faut tout de même être capable de lire, comprendre et réfléchir assez vite. Si ce retour d’expérience vous a aidé j’essaierai de faire la même chose pour mes futures certifications, en attendant je vous souhaite bon courage !

Partager cet article

Baptiste

Baptiste

Scrum Master

< Retour à tous les articles